St Valentin

St Valentin,

 

J’ai gardé ton doux rire au creux de mon oreille,
En veille me regardait ton œil pétillant,
Et ta voix en lisant, préparait mon sommeil,
Le matin, s’égaraient nos corps en s’éveillant,

Tous les soirs l’innocence nous conduisait au bal
Nos costumes s’assemblaient des pauvretés du jour,
Et personne n’osa, douter de la morale
À nous voir enlacés valsant vêtus d’amour,

Bien au chaud le secret réconforte les cœurs
Nous avions juste l’âge de croire à l’impossible
Dans un monde sourcilleux l’essentiel se meurt
Les amants incongrus excitent l’irascible,

Mais la mémoire se lave dans l’eau claire de la joie,
Le sang, les pleurs, la mort sont des taches parties,
Aucun triangle rose sur la via Flaminia (1)
Quand circulaient deux hommes, valentins pour la vie…

 

 

1 : Valentin de Rome, un prêtre qui a souffert le martyre à Rome dans la seconde moitié du III siècle et qui a été enterré sur la Via Flaminia.

 
Valentin de Terni, un moine ou un prêtre, martyrisé à la même époque et décapité au même endroit ;

Valentin de Rhétie, moine gyrovague et prédicateur du ve siècle.

Selon le Martyrologe romain de 1705, les deux premiers Valentin seraient en fait une même personne, présentée sous ses deux fonctions successives. Son culte s’est propagé le long de la Via Flaminia, de Terni à Rome et jusqu’en Rhétie (Bavière) qui reçoit ses reliques, ce qui explique que l’on vénère sous le nom de Saint Valentin trois personnages différents qui n’en font en réalité qu’un seul.
(source wikipédia)

Voter pour ce poème!

zeugma Maître Poète

Par zeugma

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une étoile dans notre ciel poétique. Brillez avec le vôtre, comme Apollinaire dans la nuit.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

rumination,

retour à la source