Mémoire détale

Mémoire détale

du plus lointain de mes possibles

mon passé torrentiel

Mère ô mère

morte de ta sainte colère

contre la machine millénaire d’oppression

qui écrasait ton petit corps

faisait gonfler quotidiennement de larmes

tes yeux pers

sans que tu saches pourquoi

et jusqu’à quand

Mère ô mère

que ma main soit coupée

si je t’oublie

Tout va mal vous le dites et c’est vrai

L’ennemi est nu vous le montrez et c’est juste

Que faire ? Comment ? et vous tardez à répondre

L’oiseau finit par voler

et l’enfant parle, marche

L’homme égaré retrouve son chemin

le malade guérit

la femme accouche

Qu’ont-ils fait et comment ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments