Hermès

PROLOGUE

Dans nos vastes cités, par le sort partagés,

Sous deux injustes lois les hommes sont rangés.

Les uns. princes et grands, d’une avide opulence

Étalent sans pudeur la barbare insolence ;

Les autres, sans pudeur vils clients de ces grands.

Vont ramper sous les murs qui cachent leurs tyrans,

Admirer ces palais aux colonnes hautaines

Dont eux-mêmes ont payé les splendeurs inhumaines.

Qu’eux-mêmes ont arrachés aux entrailles des monts,

Et tout trempés encor des sueurs de leurs fronts.

Moi je me plus toujours, client de la nature, À voir son opulence et bienfaisante et pure,
Cherchant loin de nos murs les temples, les palais
Où la divinité me révèle ses traits.
Ces monts, vainqueurs sacrés des fureurs du tonnerre,
Ces chênes, ces sapins, premiers-nés de la terre :

Les pleurs des malheureux n’ont point teint ces lambris.

D’un feu religieux le saint poète épris

Cherche leur pur éther et plane sur leur cime.

Mer bruyante, la voix du poète sublime

Lutte contre les vents ; et tes flots agités

Sont moins forts, moins puissants que ses vers indomptés.

À l’aspect du volcan, aux astres élancée,

Luit, vole avec l’Etna la bouillante pensée.

Heureux qui sait aimer ce trouble auguste et ]
Seul, il rêve en silence à la voix du torrent
Qui le long des rochers se précipite et tonne ;
Son esprit en torrent er s’élance et bouillonne.
Là je vais dans mon sein méditant à loisir
Des chants à faire entendre aux siècles à venir ;
Là, dans la nuit des cœurs qu’osa sonder
Homère,
Cet aveugle divin et me guide et m’éclaire.
Souvent mon vol, armé des ailes de
Buffon,
Franchit avec
Lucrèce, au flambeau de
Newton,
La ceinture d’azur sur le globe étendue.
Je vois l’être et la vie et leur source inconnue,
Dans les fleuves d’éther tous les mondes roulants ;
Je poursuis la comète aux crins étincelants,
Les astres et leurs poids, leurs formes, leurs distances ;
Je voyage avec eux dans leurs cercles immenses.
Comme eux, astre, soudain je m’entoure de feux,
Dans l’éternel concert je me place avec eux ;
En moi leurs doubles lois agissent et respirent;
Je sens tendre vers eux mon globe qu’ils attirent.
Sur moi qui les attire ils pèsent à leur tour.
Les éléments divers, leur haine, leur amour.
Les causes, l’infini s’ouvre à mon œil avide.
Bientôt redescendu sur notre fange humide,
J’y rapporte des vers de nature enflammés,
Aux purs rayons des
Dieux dans ma course allumés.
Ecoutez donc ces chants d’Hermès dépositaires,
Où l’homme antique, errant dans ses routes premières,
Fait revivre à vos yeux l’empreinte de ses pas.

Mais dans peu, m’élançant aux armes, aux combats,

Je dirai l’Amérique, à l’Europe montrée ;

J’irai dans cette riche et sauvage contrée

Soumettre au
Mançanar le vaste
Maraiion.

Plus loin dans l’avenir je porterai mon nom,

Celui de cette
Europe en grands exploits féconde,

Que nos jours ne sont loin des premiers jours du monde.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Le dernier parcours

Hortorum Deus (III)