Les amis à deux pieds

Fable XV, Livre V.

« Je préfère un bon cœur à tout l’esprit du monde,
Et d’amis à deux pieds je me passe fort bien, »
Disait certain monsieur qui vit avec son chien
Dans une retraite profonde.
« Je n’ai pas d’autre ami que lui,
Humains ; et s’il tient aujourd’hui
La place qu’en mon cœur longtemps vous occupâtes
C’est qu’il ne m’est pas démontré
Que l’on ait aussi rencontré
L’ingratitude à quatre pattes. »

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments