La fontaine

Il est une claire fontaine,
Qui murmure nonchalamment
Non loin d’un cabaret flamand.

Le soir, dès que l’ombre incertaine
A jeté ses voiles flottants
Sur la vieille épaule du Temps ;

Quand l’abeille rentre à la ruche,
La Flamande portant sa cruche
Y va rêver à son amant.

Son amant, dans l’ombre incertaine,
Vient s’enivrer à la fontaine
Bien mieux qu’au cabaret flamand.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments