De la mort de monsieur de Chissay

D’un coup d’estoc, Chissay, noble homme et fort,
L’an dixetsept, sous malheureux effort,
Tomba occis, au mois qu’on sème l’orge,
Par Pomperan : qui de Boucal et Lorge
Fut fort blessé, quoiqu’il résistât fort.

Chissay, beaujeune, en crédit et support,
Fit son devoir au combat et abord :
Mais par hasard fut frappé en la gorge
D’un coup d’estoc.

Dont un chacun de deuil ses lèvres mord,
Disant : ‘ Hélas, l’honnête homme estil mort ?
Plût or à Dieu et monseigneur saint George
Que tout bâton eût été en la forge
Alors qu’il fut ainsi navré à mort
D’un coup d’estoc. ‘

Recueil : L’Adolescence clémentine

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments