J’ai passé maintes nuits à me plaire en ces larmes

J’ai passé maintes nuits à me plaire en ces larmes,
Ne trouvant rien plus doux ni plus délicieux,
Pendant qu’Amour faisait la garde avec ses armes,
De peur que le sommeil ne coulât en mes yeux.

Mais si parfois ce dieu pour t’aller voir, ma Belle,
Cessait de me garder, pendant qu’il me quittait,
Il mettait près de moi le Songe en sentinelle,
Qui m’offrait tes beautés et puis me les ôtait.

Ô Songe, lui disaisje, ô Songe que j’adore,
Arrête pour un peu, pourquoi t’envolestu ?
Puis je fermais les yeux pour resonger encore,
Mais étant sans sommeil, ils étaient sans vertu.

Voilà comme j’ai peu profité de mes songes,
Et comme mes plaisirs se sont vus emportés.
Mais las ! si mes plaisirs ont été des mensonges,
Mes tourments ont toujours été des vérités !

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Etienne Durand

Poemes Etienne Durand - Découvrez les œuvres poétiques de Etienne Durand

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

J’attends secours de ma seule pensée

Comme jadis l’ame de l’univers