À un homme bienfaisant

Cesse de chercher sur la terre
Des cœurs sensibles aux bienfaits ;
L’homme ne pardonne jamais
Le bien que l’on ose lui faire.
N’importe, ne te lasse pas ;
Ne suis la vertu que pour elle ;
L’humanité serait moins belle,
Si l’on ne trouvait point d’ingrats.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments