Il vint à l’étude…

Il vint à l’étude avec une petite veste.

Il était notaire dans une campagne lointaine…
Il était triste et gai et il s’était fait beau

pour la réunion et le dîner de tantôt.
Il souriait, avec des commissions sous le bras,

comme quelqu’un qui fera des actes, puis mourra.
Il mourra dans la poésie triste des chambres froides

et des planisphères aux murs froids.
1895.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments