Comme un esprit des hauteurs

Comme un esprit des hauteurs

Si je pouvais mettre un arrêt à la dévorante seconde vie

Qui me harcèle et me coupe un présent en limite confondue

Où l’avenir comme un lance-flamme

Me dévore le seul présent que je voudrais garder

Comme un esprit des hauteurs je voudrais pénétrer

Aussi avant dans la vie

Que même la vie perdrait sa plus triste raison

Cette consomption où s’arrête un désir

Cette inutile tristesse où se reprend ma raison

Et cette mort qui saborde ma puissance

Quand je me dresse frêle et désespéré

Quand je me dresse pour m’emparer de ce pouvoir

Qui me manque et que je suis déjà maître de la grimaçante

Draperie silencieuse qui se recule toujours

Quand mes forces m’abandonnent

Et que je tombe à la renverse foudroyé comme un mort.
4 juillet 1946

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments