Cincinnatus

Les temps sont accomplis. L’aube sereine dore,
À l’horizon lointain, les paisibles sommets,
Et la terrible nuit qui nous oppresse encore
Doit insensiblement disparaître à jamais !

La Science a creusé les plus profonds secrets ;
L’ignorance d’esprit et de cœur s’évapore,
Et le monde bientôt, de progrès en progrès,
Ne verra dans son ciel qu’une éternelle aurore !

Tous les hommes seront frères, et tous égaux ;
Ils vivront sous l’azur, bons, paisibles et beaux,
N’ayant plus de mortel que l’enveloppe d’homme ;

Ni valets, ni seigneurs ! tous seront artisans !
Et les meilleurs d’entre eux se feront paysans,
Comme Cincinnatus,… le plus grand fils de Rome !

Voter pour ce poème!

Jean Aicard Apprenti Poète

Par Jean Aicard

Jean François Victor Aicard, né le 4 février 1848 à Toulon et mort le 13 mai 1921 à Paris, est un poète, romancier et auteur dramatique français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez un peu de votre âme dans nos vers. Votre commentaire compte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Charité

Claire