Hébé

Les yeux baissés, rougissante et candide,
Vers leur banquet quand Hébé s’avançait,
Les Dieux charmés tendaient leur coupe vide,
Et de nectar l’enfant la remplissait.
Nous tous aussi, quand passe la Jeunesse,
Nous lui tendons notre coupe à l’envi.

Quel est le vin qu’y verse la déesse ?
Nous l’ignorons ; il enivre et ravit.
Ayant souri dans sa grâce immortelle,
Hébé s’éloigne ; on la rappelle en vain.
Longtemps encor sur la route éternelle,
Notre œil en pleurs suit l’échanson divin.

Hébé
Notez ce poème
Print Friendly, PDF & Email

Voter pour ce poème!

VOS CRITIQUES, ANALYSES ET AVIS

Veuillez vous connecter pour commenter
  S’abonner  
Notifier de
Louise Ackermann

Par Louise Ackermann

Louise-Victorine Ackermann, née Louise-Victorine Choquet à Paris le 30 novembre 1813 et morte le 2 août 1890 à Nice, est une poétesse française.

Biographie

Je ne sais plus, je ne veux plus

Nous jetâmes l’ancre, Madame