Le Vin Perdu

J’ai, quelque jour, dans l’Océan,

(mais je ne sais plus sous quels cieux),

Jeté, comme offrande au néant,

Tout un peu de vin précieux…
Qui voulut ta perte, ô liqueur?

J’obéis peut-être au devin?

Peut-être au souci de mon coeur,

Songeant au sang, versant le vin?
Sa transparence accoutumée

Après une rose fumée

Reprit aussi pure la mer…
Perdu ce vin, ivres les ondes!…

J’ai vu bondir dans l’air amer

Les figures les plus profondes…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Avatar
S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments