Lorsque tu cherches tes puces

Lorsque tu cherches tes puces,
C’est très rigolo.
Que de ruses, que d’astuces !
J’aime ce tableau.
C’est, alliciant en diable
Et mon cœur en bat
D’un battement préalable
À quelque autre ébat

Sous la chemise tendue
Au large, à deux mains
Tes yeux scrutent l’étendue
Entre tes durs seins.
Toujours tu reviens bredouille,
D’ailleurs, de ce jeu.
N’importe, il me trouble et brouille,
Ton sport, et pas peu !

Lasse-toi d’être défaite
Aussi sottement,
Viens payer une autre fête
À ton corps charmant
Qu’une chasse infructueuse
Par monts et par vaux.
Tu seras victorieuse…
Si je ne prévaux !

Voter pour ce poème!

Paul Verlaine Apprenti Poète

Par Paul Verlaine

Paul Verlaine est un écrivain et poète français du XIXᵉ siècle, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Il s'essaie à la poésie et publie son premier recueil, Poèmes saturniens en 1866, à 22 ans.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie transcende le temps. Écrivez comme Baudelaire, commentez comme Aragon, et laissez votre empreinte.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Rêve

Une beauté de quinze ans enfantine