L’absence

Ce me sera plaisir, Genèvre, de t’écrire,
Étant absent de toi, mon amoureux martyre…
J’ai certes éprouvé par mainte expérience,
Que l’amour se renforce et s’augmente en l’absence,

Ou soit en rêvassant le plaisant souvenir,
Ainsi que d’un appât la vienne entretenir,
Ou soit les portraits des liesses passées
S’impriment dans l’esprit de nouveau ramassées ;

Soit que l’âme ait regret au bien qu’elle a perdu,
Soit que le vide corps plus plein se soit rendu,
Soit que la volupté soit trop tôt périssable,

Soit que le souvenir d’elle soit plus durable.
Bref, je ne sais que c’est ; mais certes je sais bien
Que j’aime mieux absent qu’étant près de mon bien…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments