je t’aime, m’aimes-tu ?

Je t’aime,

voila un drôle de thème ou bien un drôle de jeu,
« je », de rôle n’a plus, au temps des chrysanthèmes,
et pourtant en rengaine il dit : je t’aime, je t’aime
comme si fredonner, en était tout l’enjeu,

il y a aussi des plantes agissant de la sorte
l’une prépare son pollen et l’autre son nectar
attendant un grand vent ou un diptère hagard
ce dernier sera ivre, le premier une escorte,

il y a dans la nature un lieu presque semblable,
c’est entre deux montagnes, l’impossibilité
de se rejoindre enfin, donc l’inventivité,
communique en écho leurs positions aimables,

enfin dans le cosmos il y a des planètes
attractives pour une autre, les gardant à distance,
elles deviennent satellites et dès fois influencent,
comme le font les marées, c’est ainsi que vous êtes… *

* une des théories sur l’origine de la vie postule, que c’est le va et vient des marées et des vagues qui ont permis aux stromatolithes bactériennes de poser les premiers linéaments de la vie biologique sur la planète Terre…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments