Rien appris

J’avais dans ma jeunesse une idée de ce monde

et jouais avec lui.
Ma connaissance en est-elle profonde ?

Trop de soleils ont lui

pour que je puisse me targuer de certitudes.

Je ne fais qu’un serment : ma vérité m’est suspecte et j’élude

le mensonge infamant.

Entre les deux, je crois établir l’équilibre :

je vis tant bien que mal, endormi sous ma peau ; parfois je vibre,

pareil à l’animal :

je me veux un renard, un paon, une belette.

À quoi bon repenser la matière ? elle est douce… À la sauvette,

je ne puis ressasser

que les tristes défauts de ma mémoire ;

je dois neutraliser l’événement, l’amour fumeux, la gloire,

tout cet être embrasé

qui ressemble au cyprès devenant une cendre

retournée à la mer.
Je suis sceptique et mon doute est si tendre,

que parfois je m’y perds.

Tout est confus en moi, malgré les analyses :

je suis l’ombre et l’objet, le squelette et son âme, une sottise !

mais si je m’engageais

à plus de fermeté, je serais la victime

de quelque parti pris ; ma tourbe est plus précieuse que les cimes.

Je n’aurai rien appris.

Notez

Voter pour ce poème!

AVIS, CRITIQUES ET ANALYSES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.

Pâle matin de Février

Nuits