Trajectoire d’un fautif

Dans l’ouragan fœtal, se lève l’aliéné — nié

Par le chercheur d’or natal de mes reins — l’âne

Qui néantise mes matins, expertise mon noyau de rien

Bloque la targette dans mon arrière-train !

Exilé, victime de mon intérieur soleil,

J’eusse mieux fait de transformer mon temps et mes entours

Que de chercher des poux criards dans leur crinière !

Excédante, l’indépliable nature est là, qui m’assourdit.

Nuisons-nous, ma prédécesseuse !

Ma plume ambivalente étrille tes séismes !

Marin de la mort, j’ai perdu ta horde,

L’empois de tes empreintes ne freine plus mon élan.


Sœurette, ta défécation m’empourpre, m’impérialise !

Tes souffles, tes soupirs, tes piailleries m’assaillent,

Ton appel est déhanché, haché de « oh », haché de « ha » !

Les tristes rixes de l’ambigu,

Les drogues surérogatoires de l’emphase

S’évanouissent devant l’intact
Torquemada de mes fautes.

Tangue, balise !
Balance-toi, mol soleil !

Le tremblement chantonnant des frênes

Tristement traîne sa traîne, à longueur de couchant !

Le tourment m’entoure, l’épouvante m’aimante,
Le vent m’a.

Voter pour ce poème!

André Velter Apprenti Poète

Par Alain Jouffroy

Alain Jouffroy est un poète, écrivain et critique d'art français né le 11 septembre 1928 à Paris et mort le 20 décembre 2015 dans la même ville.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes sont les gardiens des rêves. Rejoignez notre confrérie, comme un Rimbaud moderne, et rêvez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

N’avez-vous pas vu, drapée en chlamyde

La Terrasse Frontenac