Les joncs

Les joncs frémissent à peine
Sous le doux vent échappé
Des champs de trèfle coupé
Dans les lointains escarpés.
Calmes sous la pure haleine,
Les joncs frémissent à peine.

Les joncs penchent mollement
Leur tige audessus de l’onde
Qui chante, la vagabonde,
Les pleurs et le deuil du monde.
Quel morne gazouillement
Berce les joncs mollement.

Les joncs regardent la lune
Qui d’un charme les endort.
Plus d’odeur de trèfle mort,
L’onde cesse les accords
Dont la tristesse importune
Les joncs tout droits sous la lune.

Les forces

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le fil des jours

Le coup de couteau du soleil dans le dos des villes surprises