Vigile

Ô les mots qu’on adresse à la femme attirante,
Les mots qu’on veut badins, spirituels, charmeurs ;
Mots voilés et pensifs, échappés ou qu’on tente !
Prélude où le désir se cache dans les fleurs.

Ô les regards soudainement pleins de lumière,
Où se révèle un coeur ouvert et confiant,
Regards que l’on dirait de limpides prières !
Respectueux regards manège inconscient.

Ô les saintes pudeurs devant la bienaimée,
Et, dans les songes fous, promptitude à bannir
Toute image lascive auprès d’elle formée !
Épargne ingénument faite pour l’avenir.

Visions d’un bonheur imprécis et sans fièvres,
Chaste frémissement quand se joignent les mains
Et que l’on croit baiser une âme sur des lèvres !
Mirage nécessaire à l’idéal humain.

Les yeux miclos, la chair se prépare au festin.

Recueil : Les alternances

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Avatar
S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments