Toi – moi

Par l’univers-planète univers à toute bride
Par l’univers-bourdon dans chaque cellule du corps

Par les mots qui s’engendrent
Par cette parole étranglée
Par l’avant-scène du présent
Par vents d’éternité

Par cette naissance qui nous décerne le monde

Par cette mort qui l’escamote

Par cette vie

Plus bruissante que tout l’imaginé

TOI

Qui que tu sois!
Je te suis bien plus proche qu’étranger.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Plutôt la mort me vienne dévorer

Imitation du Cavalier Marin