Avant

Je m’accompagne

1

A corps entier

Imitant l’inclinaison des feuilles

Leur chute ralentie dans le velouté de l’automne

Suspendu entre ici et le temps sans échelle
A l’écoute de l’animation qui s’amenuise

Je m’accompagne

Et me coule dans une absence moelleuse

Toute pesanteur se disperse je me délivre de mes confins

Les marges du possible s’évasent je m’adonne à l’intérimaire vie

A corps entier
Je monte la garde pour retenir l’instant

Éperdument je veille et combats les torpeurs

La pensée s’épaissit
Les mots se débandent

Membre après membre

Le sommeil m’entraîne

dispose de mon sang

m’attire dans les orifices de l’absence

m’amène bois mort

au littoral du rien ou du surcroît

Caves ou soleils me happeront

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments