A toi

Mon cœur est méconnu, si l’on soupçonne même
Qu’une terrestre ardeur se mêle à son amour,
Et que brûlant pour toi d’une flamme d’un jour,
Je pourrais outrager et flétrir ce que j’aime,
De même qu’en dorant la rosée et ses pleurs
Le soleil les tarit sans pitié sur les fleurs.

Ah ! Quel que soit l’éclat de tes regards de flamme,
Ton cœur rayonne encore de plus vives clartés ;
Sur ton front rougissant, dans tes traits enchantés,
A travers ton sourire on aperçoit ton âme :
Au firmament ainsi nous attachons nos yeux,
Certains que, sous son voile, au-delà sont les cieux.

Voter pour ce poème!

Arsène Houssaye Apprenti Poète

Par Antoine Fontaney

Antoine-Étienne Fontaney, né en 1803 et mort à Paris le 11 juin 1837, est un écrivain, journaliste et poète romantique français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont la mélodie de notre poésie. Faites résonner votre voix.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Palinodique adolescence

Le retour