La fenêtre fermée

La fenêtre fermée n’en réfléchit pas moins le monde qu’elle tient à l’écart d’elle-même les gens qui n’en finissent jamais de passer le ciel qui ne sait pas s’arrêter d’être ciel et la maison d’en face à l’ancre de ses pierres de son toit de ses murs de son poids de maison

La fenêtre fermée n’est pas très sûre d’elle ni d’être ce qu’elle est ni de voir ce qui passe La fenêtre fermée tournée vers son envers donne à la nuit dedans des nouvelles du jour et parle à la chaleur du froid qu’il fait dehors

La fenêtre fermée réfléchit lentement

et triste traversée taciturne tapie

rêve de retenir et de garder pour elle

(rien qu’un petit moment préservé de s’enfuir)

ce chat ou cet enfant qui marchent dans la rue

et traversent son eau sans y laisser de trace.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments