Recommencement

Depuis le chant du coq

et jusqu’au chant du cygne

tu cultives ta vigne

dans la terre et le roc.
Depuis le chant d’amour

et jusqu’au chant de haine

tu cultives ta peine

aux heures de chaque jour.
Depuis le chant de paix

et jusqu’au chant de guerre

tu cultives à rebours

tes espoirs éphémères.
Depuis le champ de blé

et jusqu’au champ de morts

tous les chants seront morts

de n’être plus chantés.
Depuis le chant de guerre

et jusqu’au chant de paix

ceux qui seront restés

ne sauront plus que faire.
Depuis le chant de haine

et jusqu’au chant d’amour

s’oubliera la peine

aux heures de tous les jours.
Après le chant du cygne…

il sonne, le chant du coq !

Car l’aube qui se moque

se lève sur la vigne.
1978

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments