Oh ! ce parfum…

Oh ! ce parfum d’enfance dans la prairie trempée

d’eau et d’azur, parfum de pieuse jonchée

de joncs-fleuris sous les pas de processions

des hameaux noirs, parfum de fougère écrasée

au soir d’un jour torride, quand les inflexions

des chants ne peuvent pas mourir et que mon âme

a peur de trop aimer, parfum de lys en flammes,

comme j’en voyais dans les vieux paroissiens,

parfum des dimanches soirs dans les jardins,

parfums d’encensoirs purs qui vont à Dieu ensemble,

parfum de rosiers qui, à l’aube, tremblent…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments