Un peu devant le jour quand l’Aube bigarrée

Un peu devant le jour quand l’Aube bigarrée
De brun, blanc, jaune et bleu montre son front brillant,
Éclaircissant le ciel du côté d’Orient,
Et quand le soleil sort de la mer azurée,

Je songeais ce matin que j’étais à l’entrée
Du beau verger d’Amour, et qu’un désir ardent
Me fit entrer au fond où j’allais regardant
Cent arbres inconnus en toute autre contrée.

Entre autres un rameau d’un fruit d’or se bravait,
Tel que l’Hespérien ainsi qu’on dit avait.
Soudain pour le cueillir dessus l’arbre je monte,

Mais une branche alors se rompit dessous moi,
Tellement qu’accroché à l’arbre en grand émoi
Je béais à ce fruit avecque peine et honte.

Voter pour ce poème!

Vous êtes un génie poétique et votre commentaire sera l'élément manquant pour que notre site devienne une oeuvre d'art complète.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments