Le cap Tourmenté

Robuste, et largement appuyé sur sa base,
Le colosse trapu s’avance au sein des flots ;
Sur son flanc tout couvert de pins et de bouleaux
Un nuage s’étend comme un voile de gaze.

Sur son vaste sommet, de merveilleux tableaux
Se déroulent devant le regard en extase ;
Et vous suivez des yeux chaque voile qui rase,
Dixhuit cents pieds sous vous, le fleuve aux verts ilote.

Autrefois c’était là presque un pèlerinage.
Un jour, il m’en souvient, collégiens en nage,
Nous gravîmes gaîment ses agrestes sentiers.

Je crois revoir encor notre dîner sur l’herbe
Qui tapisse ta croupe immense, ô mont superbe ;
Et je rêve à l’aspect de tes plateaux altiers.

Oiseaux de neige

Voter pour ce poème!

Louis-Honoré Fréchette Apprenti Poète

Par Louis-Honoré Fréchette

Louis Fréchette, né le 16 novembre 1839 à Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy et mort le 31 mai 1908 à Montréal, est un poète, dramaturge, écrivain et homme politique québécois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes sont les gardiens des rêves. Rejoignez notre confrérie, comme un Rimbaud moderne, et rêvez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Soleil

A un sot rimeur, qui trop l’importunait d’aimer