Octobre

Les feuilles des bois sont rouges et jaunes ;
La forêt commence à se dégarnir ;
L’on se dit déjà : l’hiver va venir,
Le morose hiver de nos froides zones.

Sous le vent du nord tout va se ternir…
Il ne reste plus de vert que les aulnes,
Et que les sapins dont les sombres cônes
Sous les blancs frimas semblent rajeunir.

Plus de chants joyeux ! plus de fleurs nouvelles !
Aux champs moissonnés les lourdes javelles
Font sous leur fardeau crier les essieux.

Un brouillard dormant couvre les savanes ;
Les oiseaux s’en vont, et leurs caravanes
Avec des cris sourds passent dans les cieux !

Oiseaux de neige

Voter pour ce poème!

Louis-Honoré Fréchette Apprenti Poète

Par Louis-Honoré Fréchette

Louis Fréchette, né le 16 novembre 1839 à Saint-Joseph-de-la-Pointe-De Lévy et mort le 31 mai 1908 à Montréal, est un poète, dramaturge, écrivain et homme politique québécois.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est une perle dans notre océan de vers. Plongez avec élégance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Trois femmes à la tête blonde

Polichinelle Vampire