Pour un visiteur

Voulez-vous prendre place

dans ce fauteuil où je rumine mes complots ?

Ce whisky vous convient ?

Il est aussi âgé que vous.

Racontez-moi tout ce qui passe par votre âme.

Pourquoi êtes-vous né ?

Vos parents étaient-ils plus simples que l’avoine ;

vos études sans goût, saupoudrées de latin ?

N’ayez pas peur : je suis sans préjugés.

L’usine était sordide

et vous avez jeté quelques cailloux

contre un car de police,

pour accuser l’azur et le printemps ?

Un jour, comme on prend froid,

par lassitude vous avez pris femme ?

Le fils aussi est un voyou,

qui traîne dans la rue au milieu des tziganes ?

Dans vos propos vulgaires,

j’ai noté cette phrase :

«
Mon horizon a eu son infarctus. »

Reprenez du whisky.

J’ai préparé pour vous un pardessus,

quatre vestons et ces jodhpurs :

il suffira de les raccommoder.

Vous existez à peine ?

C’est la raison pourquoi je vous envie.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments