La bouche pleine

Fable XVI, Livre IV.

« Demande-t-on la bouche pleine ? »
Disait ma femme à son marmot :
« Fi ! qu’il est laid ! fi ! qu’il est sot !
Il n’aura plus rien pour sa peine. »
Le marmot de pleurer, non qu’il eût appétit ;
Mais il était à table, et c’était là son centre ;
Mais il était de ceux dont le proverbe dit :
« Tes yeux sont plus grands que ton ventre. »
Ambitieux ! ambitieux !
Vous qui, comblés des dons de la fortune,
La poursuivez encor d’une plainte importune,
C’est ainsi que sont faits vos yeux.
À de nouveaux honneurs vous parvenez à peine,
Qu’à des honneurs nouveaux déjà vous prétendez.
Un peu plus de raison, enfants, vous l’entendez,
Demande-t-on la bouche pleine ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments