Chant du désespéré

Au long des jours et des ans,

Je chante, je chante.
La chanson que je me chante

Elle est triste et gaie :

La vieille peine y sourit

Et la joie y pleure.
C’est la joie ivre et navrée

Des rameaux coupés,

Des rameaux en feuilles neuves

Qui ont chu dans l’eau ;
C’est la danse du flocon

Qui tournoie et tombe,

Remonte, rêve et s’abîme

Au désert de neige ;
C’est, dans un jardin d’été.

Le rire en pleurs d’un aveugle

Qui titube dans les fleurs ;
C’est une rumeur de fête

Ou des Jeux d’enfants

Qu’on entend du cimetière.
C’est la chanson pour toujours,

Poignante et légère,

Qu’étreint mais n’étrangle pas

L’âpre loi du monde ;
C’est la détresse éternelle,

C’est la volupté

D’aller comme un pèlerin

Plein de mort et plein d’amour !
Plein de mort et plein d’amour,

Je chante, je chante !
C’est ma chance et ma richesse

D’avoir dans mon coeur

Toujours brûlant et fidèle

Et prêt à jaillir ;
Ce blanc rayon qui poudroie

Sur toute souffrance ;

Ce cri de miséricorde

Sur chaque bonheur.

Voter pour ce poème!

Charles Vildrac Apprenti Poète

Par Charles Vildrac

Charles Vildrac, né Charles Messager le 22 novembre 1882 dans le 5e arrondissement de Paris et mort le 25 juin 1971 à Saint-Tropez, est un poète, dramaturge et pédagogue libertaire français[1]. Il fonda avec Georges Duhamel le groupe de l'Abbaye, une expérience communautaire en bord de Marne ouverte aux artistes (1906-1908).

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie a besoin de vos mots pour s'épanouir. Participez à notre jardin de vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le Corps de Qui

La ronde des mois