Locutions des Pierrots, III

Ah ! sans Lune, quelles nuits blanches,
Quels cauchemars pleins de talent !
Voisje pas là nos cygnes blancs ?
Vienton pas de tourner la clanche ?

Et c’est vers toi que j’en suis là,
Que ma conscience voit double,
Et que mon coeur pêche en eau trouble,
Ève, Joconde et Dalila !

Ah ! par l’infini circonflexe
De l’ogive où j’ahanne en croix,
Vendsmoi donc une bonne fois
La raison d’être de Ton Sexe !

L’Imitation de N.D la Lune

Voter pour ce poème!

Le poème est un feu qui brûle en nous, alimenté par les mots qui nous touchent. Laissez votre flamme briller en laissant un commentaire

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments