Charmer la ville

Je viens de loin

Je viens de l’île

Cernée d’émeraudes.
Ce pays long

Ses monts de mines ;

Châteaux malins,

Qui rodent

En un lac blanc,

Tels des chasseurs

Ardant.
J’ai pris le vent,

J’ai plongée en ma rivière,

Pour sillonner à vous.
Pureté du chemin d’eau.
J’ai pris mes plumes

Pour charmer villes,

Paysages tièdes,

Et vos esprits essoufflés.
Vos lignes monotones

M’animent !
Votre hiver glaçant

M’échauffe !
Vos grises mines

M’amusent !
Je viens

Et je file

En votre foule

Mon chemin

Fluide.
Je viens

Et je sème

Chez vous,

Mes îles

Intérieures,

Pétries de diamants invisibles,

Et solides.
Qu’elles croissent

Et qu’elles tissent

Dans vos tristes raisonnements

Un fabuleux archipel d’enchantement.
*
Entourée.

Long tissu coloré de fleurs vives,

Une voile,

Un voyage.
*
Maëlle Ranoux

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suite

Calendrier