Ô Songe heureux et doux ! où fuis-tu si soudain

Ô Songe heureux et doux ! où fuistu si soudain,
Laissant à ton départ mon âme désolée ?
Ô douce vision, las ! où estu volée,
Me rendant de tristesse et d’angoisse si plein ?

Hélas ! Somme trompeur, que tu m’es inhumain !
Que n’astu plus longtemps, ma paupière sillée ?
Que n’avezvous encore, ô vous, troupe étoilée,
Empêché le soleil de commencer son train ?

Ô Dieu ! permettezmoi que toujours je sommeille,
Si je puis recevoir une autre nuit pareille,
Sans qu’un triste réveil me débande les yeux.

Le proverbe dit vrai : Ce qui plus nous contente
Est suivi pas à pas d’un regret ennuyeux :
Et n’y a chose aucune en ce monde constante.

Les amours de Diane

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Aller de l’avant

Quand on rentre chez soi, délivré de la rue