Quand je veux mesurer votre auguste hautesse

Quand je veux mesurer votre auguste hautesse
A l’état abaissé de mon coeur langoureux,
Je me plains de l’amour, ce tyran rigoureux,
Qui par si haut objet abusa ma jeunesse,

D’autant que le penser qui m’élève sans cesse
Presque ne peut atteindre à cet astre amoureux,
Tant que hors d’espérance, il me faut, malheureux,
Redoutant le destin maudir’ la hardiesse.

A cet audacieux je me vais comparant
Qui chut parmi les flots, au soleil aspirant,
Et vola sans prévoir sa fin triste et fatale.

Donc s’il me faut périr, trébuchant rudement
Dedans la mer d’amour que j’ai cru follement,
Vous serez mon soleil, moi le fils de Dédale.

Amours de Narsize

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Siméon-Guillaume De La Roque

Siméon-Guillaume de La Roque, né en 1551 près de Clermont-en-Beauvaisis et mort en 1611, est un poète baroque français. Il fréquente comme Philippe Desportes le salon de la maréchale de Retz. Il est au service de Henri d'Angoulême, fils bâtard de Henri II, puis de la famille de Guise.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre ruche de poètes, chaque commentaire est une goutte de miel. Soyez doux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Haute mer

Les saxophones