Fantômes à vendre

à
Georges
Gratiant

A
Midi le vert troupeau des reines noires trompées de porcelaine jaune

vent debout avale l’ancre du dernier pirate perclus aux bouges

A
Midi dans le ciel de blanc suicide empoisonné de manioc verdoie le skieur tombé du nid – ô souvenir et le chasseur de têtes des pays lointains dans la vase molle

du marigot croisant de tabac vivace sa vie de piment vert vécu

fantôme de la cité implacable charmeur buvant l’enfance nuit nue s’allonge

face à l’hélice face à son sang
Gabon sonore de rhum bien rouge.

(Tropiques n°6-7, février 1943)

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments