Lenteur

la suractivation des terres

qui n’est pas autre chose que la compensation

de la lenteur des sangs

je la retrouve dieu merci

dans ce délire compliqué de roches mal roulées

que l’on a trop vite fait de qualifier d’infernal

comme si l’enfer n’était pas

précisé par cette foutaise solaire assez peu ingénue.

arrêtez le gâchis

on a peine à s’imaginer que tout est perdu puisque l’énergie des cendres est toujours là et souffle de temps en temps

à travers les décombres.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments