Mort à l’aube

Lutteur il souffle sur des tisons

son visage mal géré par la nuit

d’où la trompe de ses lèvres siffleuses à serpents

imagine mal un corps torturé dans l’oubli

Homme sombre qu’habite la volonté du

feu quand un viol d’insectes s’éparpille dans sa

faim et que seuls les tisons de ses yeux ont bien pris

Mince tison il est celui qui

de sa grêle coquille et parmi une forêt qui défiera

le complot d’évêques des latérites porte le saut d’un fût

dans un secret si clair qu’aucun homme ne l’a cru

Voter pour ce poème!

Aimé Césaire Apprenti Poète

Par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Votre commentaire est la bougie qui éclaire notre obscurité poétique. Illuminez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le ravin

Sculpteur, cherche avec soin …