Chirurgies

Voici venu le temps des chirurgies.

Entre ma vésicule et mes poumons,

on a trouvé une excroissance :

après un long sommeil,

c’est mon âme, je sais, qui s’est mise à grandir.

Je vous serais reconnaissant

de ne pas l’amputer.

Vous me dites aussi : «
Votre cœur est trop gros ;

il risque à tout moment de voler en éclats.

Nous allons en réduire le volume. »

Bien que je sois profane,

j’ai mon avis :

c’est mon meilleur poème qui le gonfle,

hésitant, souffreteux, cruel.

Soyez gentils, n’y touchez pas.

Voici venu le temps des autopsies.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments