Rêverie

Laine blanche, crochet, roulés entre mes doigts,

Combien vous ai-je dit de secrets autrefois ?

Combien avez-vous vu de doux rêves éclore ?

Vous en souvenez-vous ?… Hélas ! j’en tremble encore.
Quand mon cœur palpitait d’espérance et d’orgueil,

Nous épiions un bruit de pas à notre seuil,

Un coup rapide et sec derrière notre porte,

Tandis qu’en même temps une voix claire et forte

Vibrait et demandait si l’on pouvait entrer.

La rougeur du bonheur me venait colorer,

Je relevais soudain mon front ému pour dire :

Bonjour ! ou bien : bonsoir ! avec un doux sourire,

Et vous, je vous laissais tomber sur mes genoux.

J’en tremble encore… Hélas ! vous en souvenez-vous ?
Il arrivait parfois que j’étais trop troublée

Pour pouvoir m’exprimer. La causerie ailée

Nous effleurait alors, passant comme un oiseau

Qui voltige léger et prompt. Votre réseau

Était couleur de neige et moi couleur de rose.

Oh ! comme en ce temps-là la plus petite chose

Me faisait vous quitter, vous prendre tour à tour !

J’avais eu beau souffrir tout le reste du jour,

Comme j’oubliais tout quand l’heure était venue !

Voyez comme ma main devient blanche et menue,

Dans mes doigts amaigris à peine je vous tiens :

Vous tremblez maintenant… et moi, je me souviens !
Août 18…

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments