Amour trouva Diane en la claire fontaine

Amour trouva Diane en la claire fontaine,
Lorsqu’elle se baignait dans les flots argentés,
Sans crainte d’être vue en ces bois écartés
Où jadis le chasseur perdit la forme humaine.

Lors il prit en sa trousse une flèche inhumaine,
Pensant bien entamer ses diverses beautés,
Comme il fit à Phébus par ses traits indomptés,
Quand il suivait Daphné qui fuyait par la plaine.

Diane dit soudain, se réclamant aux Dieux :
Tâcherastu sans cesse, enfant malicieux,
De troubler mon repos par ta maudite flamme ?

A l’instant dans les flots sa main elle plongea,
Et lui jetant l’eau claire, en souci le changea.
Du depuis cette fleur n’a point laissé mon âme

Amours de Caritée

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La terre y est fertile, amples les édifices

Ode à Cassandre