Le bonheur

Le bonheur, ce n’est point aimer, puisque l’on pleure.
Le bonheur, ce n’est point savoir : on ne sait rien.
Est-ce vivre ? La vie est-elle un si grand bien ?
Est-ce mourir ? La mort n’est-elle pas un leurre ?

Ce n’est point se blesser à nos amours d’une heure,
Ni, sans ailes, tenter l’essor aérien.
Ce n’est pas habiter la terre, et l’on peut bien
Ne pas croire qu’une autre étoile soit meilleure.

— Faible cœur, sais-tu bien, avant de blasphémer,
Ce qu’ouvre le tombeau qui vient de se fermer ;
Et que, tant qu’en nos yeux la lumière demeure,

Le bonheur, c’est marcher libre dans le devoir ;
C’est s’élever sans fin vers l’infini savoir.
Le bonheur, c’est aimer aussi, puisque l’on pleure.

Voter pour ce poème!

Albert Mérat Apprenti Poète

Par Albert Mérat

Albert Mérat, né le 23 mars 1840 à Troyes et mort le 16 janvier 1909 en son domicile dans le 14 arrondissement de Paris, est un poète français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se renouvelle avec chaque commentaire. Soyez le souffle de la renaissance.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Frontispice

Les collines