L’automne

Chaque jour, en tombant sur la terre glacée,
Des feuilles de nos bois la dernière moisson
Emporte de mon cœur la plus chère pensée,
Quelque sonnet qui suit le pâle tourbillon.

Et feuilles et sonnets, au gré de l’Aquilon,
S’égarent un moment sur la foule insensée,
Puis retournent flétris à l’ombre du vallon,
Le voyageur les foule, et leur heure est passée.

Du moins, lorsque de mai le soleil renaîtra,
Sur les monts rajeunis l’arbre reverdira,
Et pour lui les hivers n’auront été qu’un rêve ;

Mais vainement hélas ! des jours qu’il a perdus
Le poète en son cœur croit réveiller la sève,
Le cœur n’a qu’un printemps, et ne refleurit plus.

Voter pour ce poème!

Antoine de Latour Apprenti Poète

Par Antoine de Latour

Antoine Tenant de Latour, né à Saint-Yrieix le 30 août 1808, mort à Sceaux le 27 avril 1881, est un écrivain français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre jardin de rêves, chaque commentaire est une fleur. Cultivez votre contribution.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Jocelyn, le 16 décembre 1793

L’écran