A Monsieur le Duc de Sully

Duc de SULLY, vous m’avez envoyé
Un beau pasté, des plus grands que l’on voye,
Dieu sçait comment je m’en donne au coeur joye,
Quand je devrois en estre desvoyé,
Quand je devrois m’en irriter le foye.
Tel grand Seigneur, que je ne nomme pas,
D’un tel pasté feroit quatre repas.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

La pêche à la baleine

La nuit de décembre