A Monsieur le Duc de Sully

Duc de SULLY, vous m’avez envoyé
Un beau pasté, des plus grands que l’on voye,
Dieu sçait comment je m’en donne au coeur joye,
Quand je devrois en estre desvoyé,
Quand je devrois m’en irriter le foye.
Tel grand Seigneur, que je ne nomme pas,
D’un tel pasté feroit quatre repas.

Voter pour ce poème!

Si vous ne laissez pas un commentaire, vous allez finir comme le poète oublié Du Bellay !

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments