Les Plus Lus

  • Retour

    Heureux le voyageur que sa ville chérie Voit rentrer dans le port, aux premiers feux du jour ! Qui salue à la fois le ciel et la patrie, La vie et le bonheur, le soleil […] Plus

  • Le lever

    Assez dormir, ma belle ! Ta cavale isabelle Hennit sous tes balcons. Vois tes piqueurs alertes, Et sur leurs manches vertes Les pieds noirs des faucons. Vois écuyers et pages, En galants équipages, Sans rochet […] Plus

  • Rappelle-toi

    (Vergiss mein nicht) (Paroles faites sur la musique de Mozart) Rappelletoi, quand l’Aurore craintive Ouvre au Soleil son palais enchanté ; Rappelletoi, lorsque la nuit pensive Passe en rêvant sous son voile argenté ; A […] Plus

  • À Laure

    Si tu ne m’aimais pas, dis-moi, fille insensée, Que balbutiais-tu dans ces fatales nuits ? Exerçais-tu ta langue à railler ta pensée ? Que voulaient donc ces pleurs, cette gorge oppressée, Ces sanglots et ces […] Plus

  • À M. A. T

    Sonnet. Ainsi, mon cher ami, vous allez donc partir ! Adieu ; laissez les sots blâmer votre folie. Quel que soit le chemin, quel que soit l’avenir, Le seul guide en ce monde est la […] Plus

  • À Madame M. N

    Sonnet. Je vous ai vue enfant, maintenant que j’y pense, Fraîche comme une rose et le cœur dans les yeux. Je vous ai vu bambin, boudeur et paresseux ; Vous aimiez lord Byron, les grands […] Plus

  • À ma mère

    (Écrit à l’âge de quatorze ans.) Après un si joyeux festin, Zélés sectateurs de Grégoire, Mes amis, si, le verre en main Nous voulons chanter, rire et boire, Pourquoi s’adresser à Bacchus ? Dans une […] Plus

  • Derniers vers

    L’heure de ma mort, depuis dix-huit mois, De tous les côtés sonne à mes oreilles, Depuis dix-huit mois d’ennuis et de veilles, Partout je la sens, partout je la vois. Plus je me débats contre […] Plus