Les Plus Lus

  • Et maintenant aux Fesses

    Et maintenant, aux Fesses ! Je veux que tu confesses, Muse, ces miens trésors Pour quels — et tu t’y fies — Je donnerais cent vies Et, riche, tous mes ors Avec un tas d’encors. Mais avant la cantate Que mes âme et prostate Et mon sang en arrêt Vont dire à la louange De […] Plus

    Lire la suite

  • Læti et Errabundi

    Les courses furent intrépides (Comme aujourd’hui le repos pèse !) Par les steamers et les rapides. (Que me veut cet at home obèse ?) Nous allions, — vous en souvient-il, Voyageur où ça disparu ? — Filant légers dans l’air subtil, Deux spectres joyeux, on eût cru ! Car les passions satisfaites Insolemment outre mesure […] Plus

    Lire la suite

  • L’ombre des arbres

    L’ombre des arbres dans la rivière embrumée Meurt comme de la fumée, Tandis qu’en l’air, parmi les ramures réelles, Se plaignent les tourterelles. Combien, ô voyageur, ce paysage blême Te mira blême toi-même, Et que tristes pleuraient dans les hautes feuillées Tes espérances noyées ! Juin 1872. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Les vaincus

    À Louis-Xavier de Ricard. I La Vie est triomphante et l’Idéal est mort, Et voilà que, criant sa joie au vent qui passe, Le cheval enivré du vainqueur broie et mord Nos frères, qui du moins tombèrent avec grâce. Et nous que la déroute a fait survivre, hélas ! Les pieds meurtris, les yeux troubles, […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    Paysages Belges

    Briques et tuiles, O les charmants Petits asiles Pour les amants ! Houblons et vignes, Feuilles et fleurs, Tentes insignes Des francs buveurs ! Guinguettes claires, Bières, clameurs, Servantes chères A tous fumeurs ! Gares prochaines, Gais chemins grands… Quelles aubaines, Bons juifserrants ! Romances sans paroles Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Compagne savoureuse et bonne

    Compagne savoureuse et bonne À qui j’ai confié le soin Définitif de ma personne, Toi mon dernier, mon seul témoin, Viens çà, chère, que je te baise, Que je t’embrasse long et fort, Mon coeur près de ton coeur bat d’aise Et d’amour pour jusqu’à la mort : Aime-moi, Car, sans toi, Rien ne puis, […] Plus

    Lire la suite

  • Printemps

    Tendre, la jeune femme rousse, Que tant d’innocence émoustille, Dit à la blonde jeune fille Ces mots, tout bas, d’une voix douce : « Sève qui monte et fleur qui pousse, Ton enfance est une charmille : Laisse errer mes doigts dans la mousse Où le bouton de rose brille, Laisse-moi, parmi l’herbe claire, Boire […] Plus

    Lire la suite

  • Le faune

    Un vieux faune de terre cuite Rit au centre des boulingrins, Présageant sans doute une suite Mauvaise à ces instants sereins Qui m’ont conduit et t’ont conduite, — Mélancoliques pèlerins, — Jusqu’à cette heure dont la fuite Tournoie au son des tambourins. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Parsifal

    A Jules Tellier. Parsifal a vaincu les Filles, leur gentil Babil et la luxure amusante — et sa pente Vers la Chair de garçon vierge que cela tente D’aimer les seins légers et ce gentil babil ; Il a vaincu la Femme belle, au cœur subtil, Étalant ses bras frais et sa gorge excitante ; […] Plus

    Lire la suite

  • La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles

    La vie humble aux travaux ennuyeux et faciles Est une œuvre de choix qui veut beaucoup d’amour : Rester gai quand le jour triste succède au jour, Être fort, et s’user en circonstances viles ; N’entendre, n’écouter aux bruits des grandes villes Que l’appel, ô mon Dieu, des cloches dans la tour, Et faire un […] Plus

    Lire la suite

  • Nevermore (2)

    Allons, mon pauvre cœur, allons, mon vieux complice, Redresse et peins à neuf tous tes arcs triomphaux ; Brûle un encens ranci sur tes autels d’or faux ; Sème de fleurs les bords béants du précipice ; Allons, mon pauvre cœur, allons, mon vieux complice ! Pousse à Dieu ton cantique, ô chantre rajeuni ; […] Plus

    Lire la suite

  • C’est l’extase langoureuse

    C’est l’extase langoureuse, C’est la fatigue amoureuse, C’est tous les frissons des bois Parmi l’étreinte des brises, C’est, vers les ramures grises, Le choeur des petites voix. Ô le frêle et frais murmure ! Cela gazouille et susurre, Cela ressemble au cri doux Que l’herbe agitée expire… Tu dirais, sous l’eau qui vire, Le roulis […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.