Les Plus Lus

  • Plus loin que les gares, le soir

    L’ombre s’installe, avec brutalité ; Mais les ciseaux de la lumière, Au long des quais, coupent l’obscurité, A coups menus, de réverbère en réverbère. La gare immense et ses vitraux larges et droits Brillent, comme une châsse, en la nuit sourde, Tandis que des voiles de suie et d’ombre lourde Choient sur les murs trapus […] Plus

    Lire la suite

  • Parabole

    Parmi l’étang d’or sombre Et les nénuphars blancs, Un vol passant de hérons lents Laisse tomber des ombres. Elles s’ouvrent et se ferment sur l’eau Toutes grandes, comme des mantes ; Et le passage des oiseaux, làhaut, S’indéfinise, ailes ramantes. Un pêcheur grave et théorique Tend vers elles son filet clair, Ne voyant pas qu’elles […] Plus

    Lire la suite

  • Que tes yeux clairs, tes yeux d’été

    Que tes yeux clairs, tes yeux d’été, Me soient, sur terre, Les images de la bonté. Laissons nos âmes embrasées Revêtir d’or chaque flamme de nos pensées. Que mes deux mains contre ton coeur Te soient, sur terre, Les emblèmes de la douceur. Vivons pareils à deux prières éperdues L’une vers l’autre, à toute heure, […] Plus

    Lire la suite

  • La neige

    La neige tombe, indiscontinûment, Comme une lente et longue et pauvre laine, Parmi la morne et longue et pauvre plaine, Froide d’amour, chaude de haine. La neige tombe, infiniment, Comme un moment Monotone dans un moment ; La neige choit, la neige tombe, Monotone, sur les maisons Et les granges et leurs cloisons ; La […] Plus

    Lire la suite

  • Les vergers de mai

    En mai, les grands vergers de la Flandre féconde Sont des morceaux de paradis qui se souviennent D’avoir fleuri si blancs, aux premiers temps du monde. Les yeux qui voient croient voir une aile aérienne Parmi les lointains purs doucement remuée, Les éventer du fond du ciel, sous les nuées. Le vent, qui chante et […] Plus

    Lire la suite

  • Cuisson du pain

    Sonnet. Les servantes faisaient le pain pour les dimanches, Avec le meilleur lait, avec le meilleur grain, Le front courbé, le coude en pointe hors des manches, La sueur les mouillant et coulant au pétrin. Leurs mains, leurs doigts, leur corps entier fumait de hâte, Leur gorge remuait dans les corsages pleins. Leurs deux poings […] Plus

    Lire la suite

  • Le port

    Toute la mer va vers la ville ! Son port est surmonté d’un million de croix : Vergues transversales barrant de grands mâts droits. Son port est pluvieux et suie à travers brumes, Où le soleil comme un oeil rouge et colossal larmoie. Son port est ameuté de steamers noirs qui fument Et mugissent, au […] Plus

    Lire la suite

  • Le vent

    Sur la bruyère longue infiniment, Voici le vent cornant Novembre ; Sur la bruyère, infiniment, Voici le vent Qui se déchire et se démembre, En souffles lourds, battant les bourgs ; Voici le vent, Le vent sauvage de Novembre. Aux puits des fermes, Les seaux de fer et les poulies Grincent ; Aux citernes des […] Plus

    Lire la suite

  • Un village

    Des murs crépis, de pauvres toits, Un pont, un chemin de halage, Et le moulin qui fait sa croix De haut en bas, sur le village. Les appentis et les maisons S’échouent, ainsi que choses mortes. Le filet dort : et les poissons Sèchent, pendus au seuil des portes. Un chien sursaute en longs abois […] Plus

    Lire la suite

  • L’Europe

    Un soir plein de clartés et de nuages d’or, Du fond des cieux lointains, rayonne au coeur d’un port Léger de mâts et lourd de monstrueux navires ; L’ombre est de pourpre autour des aigles de l’Empire Dont le bronze géant règne sur les maisons. On écoute bondir, dans leurs beffrois, les cloches ; D’héroïques […] Plus

    Lire la suite

  • C’était en juin, dans le jardin

    C’était en juin, dans le jardin, C’était notre heure et notre jour ; Et nos yeux regardaient, avec un tel amour, Les choses, Qu’il nous semblait que doucement s’ouvraient Et nous voyaient et nous aimaient Les roses. Le ciel était plus pur qu’il ne le fut jamais : Les insectes et les oiseaux Volaient dans […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.