Les Plus Lus

  • Sur une barricade

    Sur une barricade, au milieu des pavés Souillés d’un sang coupable et d’un sang pur lavés, Un enfant de douze ans est pris avec des hommes. Estu de ceuxlà, toi ? L’enfant dit : Nous en sommes. C’est bon, dit l’officier, on va te fusiller. Attends ton tour. L’enfant voit des éclairs briller, Et tous […] Plus

    Lire la suite

  • Égalité

    Dans un grand jardin en cinq actes, Conforme aux préceptes du goût, Où les branches étaient exactes, Où les fleurs se tenaient debout, Quelques clématites sauvages Poussaient, pauvres bourgeons pensifs, Parmi les nobles esclavages Des buis, des myrtes et des ifs. Tout près, croissait, sur la terrasse Pleine de dieux bien copiés, Un rosier de […] Plus

    Lire la suite

  • Grenade

    Soit lointaine, soit voisine, Espagnole ou sarrazine, Il n’est pas une cité Qui dispute sans folie A Grenade la jolie La pomme de la beauté, Et qui, gracieuse, étale Plus de pompe orientale Sous un ciel plus enchanté. Cadix a les palmiers ; Murcie a les oranges ; Jaën, son palais goth aux tourelles étranges […] Plus

    Lire la suite

  • Les enfants pauvres

    Prenez garde à ce petit être ; Il est bien grand, il contient Dieu. Les enfants sont, avant de naître, Des lumières dans le ciel bleu. Dieu nous les offre en sa largesse ; Ils viennent ; Dieu nous en fait don ; Dans leur rire il met sa sagesse Et dans leur baiser son […] Plus

    Lire la suite

  • Cent mille hommes

    Cent mille hommes, criblés d’obus et de mitraille, Cent mille hommes, couchés sur un champ de bataille, Tombés pour leur pays par leur mort agrandi, Comme on tombe à Fleurus, comme on tombe à Lodi, Cent mille ardents soldats, héros et non victimes, Morts dans un tourbillon d’événements sublimes, D’où prend son vol la fière […] Plus

    Lire la suite

  • Fantômes

    I. Hélas ! que j’en ai vu mourir de jeunes filles ! C’est le destin. Il faut une proie au trépas. Il faut que l’herbe tombe au tranchant des faucilles ; Il faut que dans le bal les folâtres quadrilles Foulent des roses sous leurs pas. Il faut que l’eau s’épuise à courir les vallées […] Plus

    Lire la suite

  • Lux

    I. Temps futurs ! vision sublime ! Les peuples sont hors de l’abîme. Le désert morne est traversé. Après les sables, la pelouse ; Et la terre est comme une épouse, Et l’homme est comme un fiancé ! Dès à présent l’œil qui s’élève Voit distinctement ce beau rêve Qui sera le réel un jour […] Plus

    Lire la suite

  • Liberté !

    De quel droit mettezvous des oiseaux dans des cages ? De quel droit ôtezvous ces chanteurs aux bocages, Aux sources, à l’aurore, à la nuée, aux vents ? De quel droit volezvous la vie à ces vivants ? Homme, croistu que Dieu, ce père, fasse naître L’aile pour l’accrocher au clou de ta fenêtre ? […] Plus

    Lire la suite

  • Le feu du ciel

    24. Alors le Seigneur fit descendre du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu. 25. Et il perdit ces villes avec tous leurs habitant, Tout le pays à l’entour avec ceux qui l’habitaient, Et tout ce qui avait quelque verdeur sur la terre. Genèse. I. La voyez-vous passer, la […] Plus

    Lire la suite

  • Spectacle rassurant

    Tout est lumière, tout est joie, L’araignée au pied diligent Attache aux tulipes de soie Ses rondes dentelles d’argent. La frissonnante libellule Mire les globes de ses yeux Dans l’étang splendide où pullule Tout un monde mystérieux ! La rose semble, rajeunie, S’accoupler au bouton vermeil ; L’oiseau chante plein d’harmonie Dans les rameaux pleins […] Plus

    Lire la suite

  • L’enfant

    Quand l’enfant nous regarde, on sent Dieu nous sonder ; Quand il pleure, j’entends le tonnerre gronder, Car penser c’est entendre, et le visionnaire Est souvent averti par un vague tonnerre. Quand ce petit être, humble et pliant les genoux, Attache doucement sa prunelle sur nous, Je ne sais pas pourquoi je tremble ; quand […] Plus

    Lire la suite

  • Voici que la saison décline

    Voici que la saison décline, L’ombre grandit, l’azur décroît, Le vent fraîchit sur la colline, L’oiseau frissonne, l’herbe a froid. Août contre septembre lutte ; L’océan n’a plus d’alcyon ; Chaque jour perd une minute, Chaque aurore pleure un rayon. La mouche, comme prise au piège, Est immobile à mon plafond ; Et comme un […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.