Les Plus Lus

  • Les mains de Jeanne-Marie

    JeanneMarie a des mains fortes, Mains sombres que l’été tanna, Mains pâles comme des mains mortes. Sontce des mains de Juana ? Ontelles pris les crèmes brunes Sur les mares des voluptés ? Ontelles trempé […] Plus

  • Comédie de la soif

    1. LES PARENTS Nous sommes tes Grands-Parents, Les Grands ! Couverts des froides sueurs De la lune et des verdures. Nos vins secs avaient du coeur ! Au soleil sans imposture Que faut-il à l’homme […] Plus

  • Mes petites amoureuses

    Un hydrolat lacrymal lave Les cieux vert-chou Sous l’arbre tendronnier qui bave, Vos caoutchoucs Blancs de lunes particulières Aux pialats ronds, Entrechoquez vos genouillères, Mes laiderons ! Nous nous aimions à cette époque, Bleu laideron […] Plus

  • Les mains de Jeanne-Marie

    Jeanne-Marie a des mains fortes, Mains sombres que l’été tanna, Mains pâles comme des mains mortes. – Sont-ce des mains de Juana ? Ont-elles pris les crèmes brunes Sur les mares des voluptés ? Ont-elles […] Plus

  • Bannières de mai

    Aux branches claires des tilleuls Meurt un maladif hallali. Mais des chansons spirituelles Voltigent parmi les groseilles. Que notre sang rie en nos veines, Voici s’enchevêtrer les vignes. Le ciel est joli comme un ange. […] Plus

  • Bal des pendus

    Au gibet noir, manchot aimable, Dansent, dansent les paladins, Les maigres paladins du diable, Les squelettes de Saladins. Messire Belzébuth tire par la cravate Ses petits pantins noirs grimaçant sur le ciel, Et, leur claquant […] Plus

  • Les corbeaux

    Seigneur, quand froide est la prairie, Quand dans les hameaux abattus, Les longs angelus se sont tus… Sur la nature défleurie Faites s’abattre des grands cieux Les chers corbeaux délicieux. Armée étrange aux cris sévères, […] Plus

  • La maline

    Sonnet. Dans la salle à manger brune, que parfumait Une odeur de vernis et de fruits, à mon aise Je ramassais un plat de je ne sais quel met Belge, et je m’épatais dans mon […] Plus

  • Entends comme brame

    Entends comme brame Près des acacias En avril la rame Viride du pois ! Dans sa vapeur nette, Vers Phoebé ! tu vois S’agiter la tête De saints d’autrefois… Loin des claires meules Des caps, […] Plus

  • Bottom

    La réalité étant trop épineuse pour mon grand caractère, — je me trouvai néanmoins chez ma dame, en gros oiseau gris bleu s’essorant vers les moulures du plafond et traînant l’aile dans les ombres de […] Plus